brm 400 St Méen 14/15 mai

Publié le par p'tit philou

Samedi 14 Mai, un nouveau brevet au programme, le BRM 400 de St Méen (35), je connais le parcours car je l’ai déjà fait l’an passé, l’intérêt pour moi est de faire un brevet « difficile » qui se rapproche de ce qui nous attend lors du Paris Brest Paris, de faire un second brevet de 400Km qui selon les randonneurs est le brevet le plus difficile, de faire également un nouveau test de ma condition du moment.

 

Je me dirige donc vers le lieu de départ, cette ville n’est autre que la ville natale de Louison Bobet, je me gare près de la salle, les organisateurs sont déjà présents, je vais donc prendre ma carte de route, ceci m’évite d’être dans la masse de cyclos arrivant un peu en dernière minute dans l’excitation.

 

Je me prépare tranquillement, je fais la connaissance d’un cyclo de Loudéac qui fera le PBP pour une cause très noble : Ligue Contre Le Cancer, il fait partie d’un Team de trois cyclos, ils ont une tenue spécifique.

 brevet-400-St-Meen-14---152011-001.jpg

Au-delà de la cause qu’il aide, il a lui-même connu la maladie, c’est un cyclo très sympa que j’ai rencontré. Nous échangerons beaucoup pendant notre préparation.

brevet-400-St-Meen-14---152011-003.jpg

Je reconnais beaucoup de Cyclos, Jean-Louis, Remy, Franck, Gaby, les Jujus, Pascal, Philippe, c’est toujours le même plaisir de partager notre passion.

brevet-400-St-Meen-14---152011-005.jpg

 

Le soleil est présent, je prends la décision de partir avec le maillot manche courte, cuissard court, les lunettes de soleil, un peu de crème solaire…le vent sera favorable pour la première partie mais la nuit est annoncée fraîche…je mets donc les vêtements de circonstance dans ma sacoche.

brevet-400-St-Meen-14---152011-004.jpg

Le départ approche, c’est un groupe de 150 unités environ qui vont prendre le départ, dernière consigne du Président du club de St Méen qui oublie de saluer les cyclotes…elles sont pourtant là et se font entendre, çà détend l’atmosphère.

 

16h00, c’est parti, au bout du chemin le cyclo devant moi se trompe de direction, à cette allure, il n'est pas arrivé ! je m’élance donc devant le groupe pour des raisons de sécurité, je n’aime pas trop être dans les groupes au départ, il y a les « étourdis », les « t’es où » qui se retournent sans arrêt .

 

Le départ est très roulant, surtout en vélo couché, mon ami Gaby est avec moi, un petit groupe se forme et dans la première belle bosse, je préfère laisser le groupe partir, je roule à mon rythme, un petit arrêt au 20ème kilomètre pour un besoin naturel, le second groupe arrive, çà roule assez fort, à l’arrière il y a « coco » qui est accompagné de trois collègues de son club, toutes les deux minutes on a le droit à « Coco », « oui » « c’est bon » « oui » « faut boire » « j’ai pas le temps ! » surréaliste, je prends le soin de parler avec lui, il me dit qu’il faut suivre…

 

les routes sont très sympas, traversé de Paimpont célèbre pour sa forêt, le revêtement est bon et le sera presque sur tout le parcours mis à part quelques secteurs

 

A la faveur d’une belle descente, je prends les devants, je vois un cyclo au loin, c’est Gaby, je roule avec lui, le groupe n’est pas loin derrière. Dans une descente, ma roue arrière se bloque !!!, ma sacoche s’est abaissée, je descends de mon vélo pour remettre tout çà dans l’ordre, le groupe me passe. J’ai le droit à « range-toi ! » de façon sévère, j’aurais préféré « y’a pas de problème » ou « c’est bon. » mais visiblement Mr Le Cyclo est attendu…

 

Malestroit Km68, lieu du premier pointage il est 18h15, j’arrive dans la masse de cyclo pressé de tamponner leur carte, je me dirige vers le centre de la localité, en repassant sur les pavés, la sacoche s ‘affaisse une nouvelle fois. Je pointe dans une librairie, le groupe passe, à la sortie de la ville, le groupe s’arrête pour faire une pause naturelle, le vent est maintenant de face et les « suceurs » de roue se mettent en marche. Dans le groupe, il y a même un cyclo « suceur-cracheur », je reçois donc un de ses « rejets ». je lui fais une réaction, il ne semble pas réaliser ! un autre cyclo lui fera une petite leçon de savoir vivre en peloton car visiblement il est très coutumier du fait….

 

Je reprends mes distances avec le groupe peu avant Serent, une voiture arrêtée sur le bord de la route, un couple me salue et m’encourage, c’est sympa. A la sortie de Plumelec, un molosse pense que mon allure est trop lente, petite accélération progressive, ben alors tu joues pas…

Je traverse facilement Locminé, à la sortie, je vois un groupe de 5 cyclos, je vais rapidement revenir sur deux d’entre eux, visiblement fatigués, puis sur les autres qui vont s’arrêter pour une petite pause.

 

Je revois le couple, le monsieur saisi sa montre , le chrono est de sortie…. par contre où est l’ardoisier, mon directeur sportif, les spectateurs, mon oreillette ne fonctionne pas (de toute façon l’UCI va les interdire)….

 

Guéméné Sur Scorff Km153, lieu de pointage, il est 21h00, je pointe dans le même bar que l’an passé, super accueil, le gros du premier groupe est encore là, mes « suiveurs » sont là, Mme dit :  « ils vont arriver dans 5mn, il y avait 5 mn d’écart tout à l’heure », le trou est fait ma petite dame….

 

La fraîcheur tombe, je m’habille donc en conséquence, je rajoute mes manchettes, mes jambières, une paire de sur-chaussettes, je repars avec le premier groupe, visiblement il y a 2 cyclos devant. La sortie de Guéméné est très pentue, le groupe s’échappe. Le vent est encore défavorable mais ne me gêne pas vraiment, je suis bien , le rythme me semble bon, la forme est là, je m’arrête pour allumer les lumières, la nuit tombe lentement, j’aurai une compagnie pour la nuit, la pleine lune ! avec un ciel dégagé, c’est toujours agréable, çà donne l’impression d’être « moins » dans la nuit.

 

A la sortie de Gourin, je vois un groupe devant, je suis surpris car je pense qu’il s’agit du premier groupe, je reviens doucement, il est vrai que je monte un col « col de Toull Al Laeron », dans la descente je rattrape le groupe, je ne reconnais personne. Un peu plus loin, j’entends « à droite », mais où vont ils, un coup d’œil sur le GPS, c’est à gauche…je comprends qu’il s’agît d’un autre brevet (en l’occurrence celui de Pontivy).

 

Châteauneuf du Faou, Km210, troisième pointage, 23h15, je rejoins le groupe dans un bar local, je vais boire deux cocas, je mange du saucisson sec, tout va bien, je prends le temps, je fais le point dans la sacoche, j’en profite pour mettre mes gants de soie sous mes gants d’été.

 

Le second groupe arrive, c’est l’émeute…je me retrouve à deux mètres de ma place initiale, oh, ne vous inquiétez pas, il reste encore de l’encre dans le tampon !

 

Je repars seul à nouveau, mon éclairage me donne pleine satisfaction malgré la sensible friction due au moyeu dynamo, c’est l’éclairage que je vais privilégier sur le PBP. Le secteur est très vallonné me voilà dans superbe descente, malheureusement je n’ose pas lâcher les freins, si un gibier avait l’idée de traverser…pas de risque, mais en général en bas d’une descente il y a une bosse, c’est pas une bosse qui m’attends, mais je la connais, je monte donc tranquillement.

 

Huelgoat Km240 , quatrième pointage, 00h45, je trouve un bar encore ouvert, la patronne m’indique qu’elle ne peut plus servir de consommation, pas de problème, je pointe , elle fera quand même le plein des bidons. Le groupe arrive peu après.

 

La descente suivante est très rafraîchissante, accompagné d’une portion le long d’un cours d’eau, heureusement, je n’ai pas sommeil, mon coupe vent est un bon rempart contre la fraîcheur. A la sortie de Poullaouen, le groupe me passe, je n’essaye pas de suivre, visiblement il y a des costauds devant et les autres voulant suivre pour éviter d’être seul dans la nature.

 

J’arrive à Carhaix Km 267, lors de la traversé de cette ville, ma sacoche décide à nouveau de s’affaisser, je décide donc de faire un bricolage avec du scotch (ce sera efficace), à Maël Carhaix Km280, je rejoins le groupe, je vais les suivre jusqu’à Corlay ,Km304, où je fais une pause sur la place du centre, je profite des toilettes publiques pour remplir les bidons.

 

A St Martin des Champs, Km314, en traversant le village, je vois de la lumière à la boulangerie, je m’arrête, la dame me voit et vient me voir, je lui demande si elle vend du coca, je prends deux cannettes. Nous discutons du PBP, bien connu de la commune, en 2003 y avait lieu un contrôle secret. C’est aussi çà la magie des brevets. La suite est particulièrement vallonnée, le secteur d’Uzel, St Hervé, Trévé est doté de belle bosse…

 

Loudéac, Km 342, 5h10, cinquième pointage, je retrouve un petit groupe à la recherche d’une boite aux lettres, je fais moi aussi ma recherche, n’en trouvant pas, je décide de faire un retrait bancaire, mes compagnons arrivent, toujours pas de boite en vue pour eux. Je repars, la descente vers La Chèze est très rafraîchissante mais heureusement une nouvelle côte permet de rapidement se réchauffer.

 

Peu avant Ménéac, le groupe me reprend, l’allure est rapide, un petit signe, c’est sympa, le jour est maintenant levé, la vision des éoliennes confirme un sentiment déjà eu pendant la nuit, le vent est favorable.

 

St Vran ,Km 384 , 6h55, dernier pointage avant l’arrivée, le groupe m’aperçoit et m’attend pour remplir la carte postale commune, c’est sympa, je repars avec eux, la fin est très roulante, vent favorable, çà sent l’écurie.

 

St Méen Km404, il est 7h45, nous arrivons au local où les organisateurs sont déjà présents mais surpris de nous voir arrivé, ils de démènent pour nous servir, c’est vraiment super le bénévolat, merci pour tout. Nous prenons un petit déjeuner avec un bon café, un sandwich au pâté, un perrier…

 

Je me change pour éviter de prendre froid, un groupe arrive peu de temps après, je prends congé, je rentre me reposer.

 

Km 399.4     en 14h44 (roulé)         27.1km/h

15h45 au total soit une heure d’arrêt cumulée

 

brevet-400-St-Meen-14---152011-006.jpg

Publié dans brevet

Commenter cet article

Dominique Ruault 23/05/2011 21:03


bonsoir Phil
c'est en cherchant des infos sur les vh que j'ai découvert ton blog.Avant le départ du 400 à st Méen nous avons échangé quelques mots c'est moi qui te disait que j'envisagai passer au vélo
horisontal aprés le PBP.Je vois que ce brevet de 400 est bien passé pour toi , moi ce fut un peu plus difficile (erreur d'alimentation çà se paye cash)j'était avec Jacques un petit jeune de 74 ans
que tu connais il me semble(vous avez dû faire un bout de route ensemble sur un brevet).Nous ne sommes arrivés qua 11h30 , si je ne l'avais pas retardé , le père Jacques il arrivait 2h00 plus tôt.
Bon Phil à bientôt , peu être sur le 600 des cheminots
Amicalement
Dom


p'tit philou 24/05/2011 10:24



effectivement çà s'est bien passé.


au plaisir,


oui le BRM de Rennes est au programme...


 


 



Amiralbibi 17/05/2011 09:30


Hello,

Toujours aussi plaisant à te lire. Et toujours ce sentiment de facilité et de plaisir de rouler. J'ai encore des heures d'entrainement pour arriver à ce niveau.

Bravo pour tes longues sorties.

Tu parles dans ton CR de friction au niveau du moyeu dynamo. Tu as quoi comme moyeu ? Perso, j'ai un SON et je ne ressens pas cette friction. Peut-être que je roule moins vite que toi.

Au plaisir de continuer à te lire.

Damien


p'tit philou 18/05/2011 18:52



merci pour le commentaire,


 


le moyeu est un Shimano, concernant la friction, je ne la ressens pas , mais à l'arrêt, lorsque je fais trourner la roue à la main, elle n'a pas la même inertie que ma roue "normale"


à bientôt,