brm 400 Laval (53) 7-8 mai 2011

Publié le par p'tit philou

Samedi fin de matinée, j’ai fini de préparer mes affaires, plusieurs incertitudes…dû à la météo.

 

La pluie est annoncée, mais la température devrait être clémente, c’est donc l’heure des choix important surtout que pour ce brevet nous allons rouler toute la nuit, c’est en général le cas sur les brevets de 400Km, cette formule permet de se « familiariser » avec cette sensation assez particulière.

 

J’opte donc pour des manchettes, des jambières, une paire de chaussette de rechange, une veste de pluie,  un vêtement manche longue et enfin des sur-chaussette légères.

 

Ma sacoche contient également le nécessaire alimentaire pour être en autonomie, le matériel en cas de problème mécanique avec le petit flocon d’huile (pluie) et mes papiers.

 

Je quitte mon domicile pour rejoindre le lieu de départ : LAVAL en Mayenne, je trouve le local assez facilement, déjà des cyclos se préparent, je me gare, je vais chercher ma carte de route. Etant pré-inscrit, je suis guider vers une liste où je découvre mon N° d’inscription c’est le N° 100, je me dirige vers la table des cartes en donnant mon N° , voilà ma carte. SUPER ORGANISATION.

 brevet 400 laval 7 et 8 mai 2011 001

Il y a des changements par rapport à l’itinéraire figurant sur le net, en effet pour des raisons de sécurité la préfecture de la Sarthe a refusé la traversé du carrefour de La Hutte, lieu bien connu des participants du PBP. Nous serons donc « déviés » et le club de Laval organisera le deuxième contrôle à cet endroit.

brevet 400 laval 7 et 8 mai 2011 004

Je retourne à ma voiture, je me prépare, encore beaucoup de têtes connues, l’ambiance est bonne et permet de nombreux échanges. Me voilà prêt, j’ai absorbé une grande boite de gâteau de riz, j’ai bu mon « litron » de Malto.

 

Je rejoins le groupe déjà assez conséquent, nous étions environ 110 pré-inscrits, mon vélo provoque encore des interrogations.

brevet-400-laval-7-et-8-mai-2011-006.jpg

Les dernières consignes de sécurité , le groupe des « rapides » est « lâché » car sur ce brevet, il y a aussi l’option dit « audax » avec un groupe régulé à environ 22.5Km/h. C’est un serpentin important qui traverse le nord de la ville, nous sommes rapidement dans la campagne, à noté que c’est  avec bienveillance que certains automobilistes ont laissé le grand groupe passé aux niveau des ronds points.

brevet-400-laval-7-et-8-mai-2011-009.jpg

Je remonte tranquillement les petits groupes qui se forment, un peu plus loin devant le premier groupe assez important, connaissant le profil , je n’ai pas envie de trop forcer, de laisser de l’énergie, il reste encore beaucoup de kilomètre…

brevet-400-laval-7-et-8-mai-2011-011.jpg

Malgré tout, le groupe devant se scinde en deux, avec deux compères en vélo couchés également, nous les doublons, mes deux collègues ont des envies de reprendre le premier groupe, pas moi, je laisse faire. Finalement Philippe y renoncera, c’est donc à deux que nous poursuivons notre chemin, je connaît parfaitement les routes, donc pas de difficulté pour l’itinéraire, le vent pousse fort, la moyenne est élevée mais le ciel s’assombrit déjà , quelques gouttes nous accompagnent lors de la traversé de Vitré.

brevet-400-laval-7-et-8-mai-2011-013.jpg

Livré sur Changeon Km56, nous faisons une petite pause pour un besoin naturel, le ciel est sombre, nous avons l’impression de passer juste à côté. La moyenne augmente régulièrement.

 

Sens de Bretagne Km77, il est 18h20 et la moyenne est de 33.3Km/h, après un essai de pointage infructueux dans un garage, nous revenons sur nos pas , nous pointons dans un commerce d’électroménager.

 

A notre arrivé, nous avons vu le premier groupe repartir, il y a donc environ 5 minutes d’écart, nous étions en direction du Nord-Ouest, maintenant direction l’est , finit le vent dans le dos, il est maintenant de trois quarts de côté. Le rythme reste bon, il est important de savoir en garde sous la pédale car les kilomètres sont encore nombreux.

 

Fougères Km 105, nous avons fait le premier quart du parcours, nous profitons de la traversé de la ville pour faire le plein des bidons, une petite pause « besoin naturel » à la sortie de la ville, nous sommes à présent sur la route du PBP, mon collègue accuse un peu le coup, nous prenons donc un rythme plus souple en montant les bosses « au train ». La pluie fait son apparition comme la température est très clémente, seule la sensation d’être mouillé est inconfortable…çà ne devrait pas durer.

 

Gorron Km 137, l’organisateur proposait dans cette ville, la possibilité de prendre un repas au restaurant, nous y retrouvons plusieurs cyclos qui font une pause, ayant décidé avec Philippe de rouler un maximum de jour, nous poursuivons et nous nous retrouvons dans un groupe qui repartait, çà fait du bien, l’allure est régulière, nous suivons assez facilement mais à la faveur d’une belle bosse, nous laissons le groupe s’éloigner.

 

Javron Les Chapelles Km176, nous faisons une bonne pause pour nous préparer pour la nuit, je me change, des vêtements secs et la veste de pluie car les averses se succèdent finalement.

 

Le profil reste vallonné, la nuit est là maintenant avec cette sensation étrange de rouler dans cette obscurité, de ne pas voir les paysages, de ne pas voir le profil, d’entendre les bruits nocturnes de cette faune. Nos éclairages font merveilles, j’ai mis ma lampe Bush 60 luxs alimentée par la dynamo dans le moyeu de la roue avant, Philippe utilise une lampe frontale très puissante. C’est une notion importante car l’éclairage de qualité apporte un grand confort.

 

Fresnay sur Sarthe Km 215, nous trouvons finalement un restaurant qui accepte de nous servir en boisson. La discussion commence avec les clients, les échanges sont sympas, je prends un coca, Philippe prendra un grand café avec un gâteau de riz. Nous faisons également le plein des bidons. Après une belle pause, nous repartons, rapidement nous arrivons au deuxième contrôle.

 

La Hutte, un membre du club de Laval est présent à un carrefour et nous indique la déviation pour le contrôle, merci pour cette disponibilité (ouverture du contrôle de 22h30 à 6h30), sans les bénévoles, nous ne pourrions pas pratiquer notre passion. Nous sommes au contrôle, il est 00h05, un groupe arrive suivi d’une voiture avec gyrophare….(interdit dans le règlement), c’est d’ailleurs impressionnant le nombres de véhicule qui suivent le parcours, c’est pas dans l’esprit « randonneur »….

 

C’est une portion « toboggan », des bosses, des descentes, nous revenons sur un groupe peu avant Mamers Km242, nous montons même mieux qu’eux !

 

Mortagne au Perche Km267, il est 2h00, c’est notre troisième contrôle, une superbe bosse à l’entrée de la ville me rappelle mes passages sur PBP…déjà plusieurs cyclos sont là, nous sommes obligés d’utiliser une carte postale pour valider notre passage, sur celle-ci, nous indiquons le lieu de contrôle, l’heure de passage, notre nom  et une petite signature…Nous faisons une bonne pause également, nous finissons par trouver un point d’eau pour emplir nos bidons car de nuit c’est une difficulté, de plus par ce temps assez lourd, le besoin de boire est important.

 

Nous repartons à 5, toujours des portions vallonnées, le vent est sensiblement de face, juste avant Bellème Km285, nous sommes distancés du groupe, dans la descente, mon GPS m’indique une route sur la droite, j’ai beau crier dur mon collègue, rein n’y fait, il poursuit….

 

J’attends quelques instants, tant pis, je tourne et je suis ma « trace », je quitte la localité, je ne sais pas si ils sont devant, je continue donc seul.

 

St Commes en Velais Km299, lieu du quatrième contrôle, il est 3h30, j’utilise à nouveau une carte postale que je mets dans la boite aux lettres au niveau de la poste locale. J’ai fait les ¾ de la distance reste maintenant ce dernier quart, le vent se lève, il est de trois quarts face.

 

Les kilomètres défilent, les jambes sont encore bonnes, je cherche en vain des toilettes publiques, pour remplir les bidons, je bois beaucoup, c’est bon signe.

 

Sillé le Guillaume Km 349, lieu du dernier contrôle, il est 5h40, à l’entrer de la ville, un monsieur sort de chez lui, j’en profite pour lui demander s’il pouvait me donner un peu d’eau, c’est très gentiment qu’il accepte, il se prépare pour aller à une braderie. J’utilise une nouvelle fois une carte postale pour pointer. Je croise deux cyclos du brevet , je les retrouverais plus loin.

 

Il ne me reste plus qu’à rentrer sur Laval, je connais l’itinéraire, c’est assez vallonné jusqu’à Evron Km 370 où je trouve une boulangerie ouverte en cette heure matinale, j’avais envie d’un coca depuis un moment, je me fais plaisir…les deux cyclos passent. Je reprends la route, je rattrape les deux cyclos du club de Mayenne, nous allons finir ensemble après avoir monter la dernière bosse à Argentré.

 

Laval Km411 il est 7h50, j’arrive au local avec mes deux compagnons, les organisateurs attendent 8h0 pour ouvrir le local, c’est donc un groupe d’une bonne dizaine de cylos qui patientent déjà changer. L’ambiance est tendue, visiblement l’entente n’était pas au beau fixe et la volonté de faire « sauter » le groupe à encore fait son effet….

 

Je vais me changer pour éviter de prendre froid, je range mes affaires dans la voiture. Je vais vers le local, l’ambiance est morose, loin de l’ambiance habituelle, je pointe ma carte de route en la signant.

 

L’organisateur nous propose un sandwich et une boisson, je choisi un sandwich « rillettes » c’est presque le pays, je m’installe avec le groupe de Mayenne, les discutions s’enchaînent.

 

Un gars fait un malaise, il est arrivé dans le groupe de tête……

 

Je quitte le local pour rentrer chez moi, je range mes affaires, une bonne douche, je mange un peu et une bonne sieste réparatrice.

 

411Km en 15h50.

J’ai roulé pendant 14h37 soit une moyenne de 28,11Km (roulé)

3189m de dénivelé.

Publié dans brevet

Commenter cet article